• Un randonneur fait une pause dans une cave de glace sur le Lac Baïkal, dans l'est de la Sibérie. Avec une profondeur maximale de 1 642 mètres, le Lac Baïkal est le plus profond lac du monde. En hiver, le froid le transforme en une immense étendue glacée et des grottes se forment.

     


    votre commentaire
  • Un ouvrier nettoie les vitres du 124e étage de Burj Khalifa, la plus grande tour du monde située à Dubaï. Prise en février dernier, cette photographie montre les nuages se dispersant au lever du soleil.

     


    votre commentaire
  • Une voiture de collection longe Malecón, la promenade de front de mer de 8 kilomètres de long, située au nord de La Havane, à Cuba.

     


    votre commentaire
  • Depuis la découverte des ondes gravitationnelles il y a un an, les instruments des programmes Ligo (USA) et Virgo (Europe) restent aux aguets de toute secousse provenant de l’espace.

    Jusqu’à maintenant, seuls les détecteurs américains de Ligo avaient réussi à enregistrer des ondes gravitationnelles. Désormais, pour la première fois, l’instrument européen Virgo, située en Italie près de Pise, a pu capter des ondes gravitationnelles résultant de la fusion de deux trous noirs ayant déformé l’espace-temps.

    Les deux longs bras lumineux de trois kilomètres de Virgo ont senti le passage d’une des ondes le 14 août dernier, 14 millisecondes après avoir été sentis sur l’un des deux outils américains, celui situé à Livingston en Louisiane, et 6 millisecondes après le second situé à Hanford (état de Washington).

    Les deux trous noirs, qui sont respectivement 30 fois et 25 fois plus massifs que le Soleil, ont fusionné après s’être rapprochés en spirale. La collision a fait disparaître une masse de presque trois soleils, entraînant une onde de choc agitant l’espace-temps, et ce à 1,8 milliard d’années-lumière de la Terre.

    Forcément, au sein des scientifiques européens, on s’enthousiasme d’un tel phénomène: « Cela faisait 25 ans que j’attendais un tel événement » confie Matteo Barsuglia, directeur de recherche au CNRS et responsable de l’épique Virgo au laboratoire AstroParticules et Cosmologie à Paris.

    Un événement qui met donc fin à une longue attente: « Certes, nous avions cosigné les découvertes précédentes avec Ligo, mais c’était énervant de ne pas avoir de signal dans notre propre instrument » avoue Jean-Yves Vinet, directeur de recherche au CNRS à l’Observatoire de la Côte d’Azur.

    Observer les trois instruments détecter les mêmes ondes au même moment quasiment est un bel exploit d’autant plus qu’ils étaient en fonctionnement seulement un mois ensemble, avant d’être arrêtés pour un an environ afin d’y effecteur des travaux pour maximiser leur précision.

    Au-delà de l’enthousiasme apporté par ce petit événement, la mesure de Virgo, couplée avec les deux autres, permet de mieux localiser dans le ciel l’origine de ce phénomène cosmique cataclysmique. La zone en question, en forme de banane à l’origine, s’est transformée en une cacahuète dix fois plus petite. Elle est située dans l’hémisphère Sud vers la constellation de l’Eridan

    Cela confirme également une théorie d’Albert Einstein sur la nature de ces ondes, en lien avec la relativité. En effet, ses calculs prédisaient que ces ondes étaient de nature différente que les ondes électromagnétiques. Elles ont une polarisation, des orientations privilégiées qui, lorsqu’elles se propagent, s’étirent et contractent les distances dans deux directions du plan perpendiculaire à leur avancée, au lieu d’une.

    Et ça, Albert Einstein l’avait théorisé il y a un siècle de cela sans outil technologique. C’est désormais confirmé !


    votre commentaire
  • Un riche entrepreneur. Une femme désirable. Une riche maison luxueuse. Un meurtre. Pour le commissaire Roy Grace de la police de Brighton, l'affaire est limpide : Brian Bishop a assassiné son épouse volage, empochant au passage une coquette prime d'assurance-vie. 

    Les tests ADN ne laissent d'ailleurs aucun doute. Mais quelques détails ne contredisent pas cette version trop évidente. Le masque à gaz retrouvé sur la victime d'abord, puis l'alibi incontestable de Bishop, et enfin la sincérité de ses dénégations. 

    Et quand survient un meurtre similaire, il n'y a plus qu'une seule certitude : quelque soit le coupable, il est d'une habileté diabolique et extrêmement dangereux...

    Un bon polar, mais une chose m'a dérangé : beaucoup trop de descriptions !

    ***

     

    (*Moyen    **Bon    ***Très bon    ****Excellent)

     


    votre commentaire
  • Les pizzas régionales ont cette particularité de mettre en avant de façon unique les produits locaux. C'est notamment le cas pour cette recette traditionnelle de pizza sétoise aux tomates fraîches, aux olives noires, au fromage blanc de chèvre et au chèvre rôti, subtilement parsemé d'origan. Une gourmandise à consommer sans modération mais avec beaucoup de plaisir !

    Pour réaliser cette recette, suivez les étapes ci-dessous :

     

    Pizza sétoise, fromage blanc et chèvre rôti

     

    Ingrédients :

     

    - 250 g de pâte à pizza du boulanger (achetée la veille)

    - 800 g de tomates fraîches et mûres en saison (sinon des tomates pelées au naturel en boîte)

    - 1 ou 2 gousses d'ail

    - Huile d'olive vierge extra

    - 1 cuillère à soupe de concentré de tomate

    - 1 cuillère à café d'origan

    - Poivre du moulin

    - 6 rondelles de chèvre

    - 4 cuillères à soupe de fromage blanc de chèvre

    - 10 olives noires

     

    Préparation :

     

    1. La veille, placez votre pâte à pizza dans le réfrigérateur emballé dans un film alimentaire pour qu’elle puisse être travaillée comme une pâte à tarte le lendemain.

     

    2. Dans une casserole, faites revenir les tomates épépinées et concassées avec 1 à 2. c. à soupe d’huile d’olive, le concentré de tomate, l’ail entier épluché et légèrement écrasé sous la paume de la main et 1 c. à café d’origan.

     

    3. Couvrez et laissez mijoter 20 minutes à petit feu, puis découvrez et laissez évaporer le jus pour obtenir une compotée de tomates. Salez légèrement, poivrez si nécessaire. Laissez refroidir.

     

    4. Préchauffez le four en mode traditionnel à température maximum th. 10/300°.

     

    5. Étalez la pâte sur le plan de travail légèrement fariné, puis disposez-la dans un plat à tarte huilé.

     

    6. Répartissez une couche épaisse de compotée de tomates aux 2/3 des bords du moule, déposez au centre le fromage blanc de chèvre, puis disposez les rondelles de chèvre, les olives, saupoudrez d’origan. Donnez un tour de moulin à poivre. Enfournez au centre du four sur une grille et laissez cuire 10 minutes environ ou jusqu’à ce que les rondelles de chèvre soient dorées. Dégustez avec une belle salade mêlée.

     

    Bon appétit !

     


    votre commentaire
  • Le photographe de la communauté Your Shot photographer Øyvind Blomstereng explique avoir attendu des années pour obtenir ce cliché dans sa ville natale de Trondheim, en Norvège. 

     


    votre commentaire
  • Alors qu'elle était en photo-reportage dans le parc national du Seregenti, en Tanzanie, la photographe Sonalini Khetrapal  a croisé un groupe de guépards se régalant d'un springbok, une gazelle d'Afrique méridionale. 

     


    votre commentaire
  • Près de la ville de Kalambaka, en Grèce, six monastères orthodoxes ont été construits sur les hauteurs de formations rocheuses appelée les Météores. Cette image montre le monastère Roussanou, qui a été fondé au milieu du 16e siècle. Aujourd'hui, un petit groupe de nonnes y résident.

     


    votre commentaire
  • Le pont du détroit d'Akashi relie l'île d'Awaji-shima à l'île de Honshū, la plus grande île du Japon. Le pont mesure près de 1 991 mètres et est traversé par plus de 23 000 voitures chaque jour.

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique