• Après avoir suscité un vif enthousiasme en assumant fièrement son homosexualité lors des Jeux Olympiques d'hiver à Pyeongchang, le skieur Gus Kenworthy a montré son amour pour les chiens en voulant en sauver une centaine d'une ferme qui les élevait pour en faire un produit de consommation.

     

    Gus Kenworthy avait déjà fait parlé de lui lorsqu'il avait embrassé spontanément, son compagnon à la fin de l'épreuve de slopestyle des JO de Pyeongchang. Les téléspectateurs s'étaient alors amourachés pour l'athlète. Et alors, qu'il n'est pas parvenu à remporter le trophée, il ne partira cependant pas les mains vides de la Corée du Sud. En effet, le skieur et son compagnon, l'acteur Matthew Wilkas, se sont rendus dans une ferme, une parmi 17 000 en Corée du Sud, où sont élevés des chiens qui sont destinés à devenir de la viande. Ils y ont adopté un petit chien, qu'ils ont appelé Beemo.

    Choqué, le skieur a dénoncé sur Instagram, les conditions déplorables dans lesquelles sont élevés ces chiens : « Ce matin, Matt et moi avons eu le cœur brisé en visitant l’une des 17 000 fermes à chien de Corée du Sud. À travers le pays, 2,5 millions de chiens sont élevés pour être consommés dans les conditions les plus perturbantes que vous puissiez imaginer » et d'expliquer que « les chiens sont entassés dans des petits enclos et exposés aux conditions hivernales glaciales et aux étés torrides ». 

    Il a néanmoins tenu à souligner qu'il n'était pas là pour changer la culture coréenne, mais qu'il est important d'élever des chiens dans des conditions normales et saines, le contraire de ce qu'il a pu voir dans cette femme : « Ce n'est pas mon rôle d'imposer des idéaux occidentaux aux gens ici. Mais, la manière dont les animaux sont traités est totalement inhumaine. »

    Et, en plus d'adopter un chien, le couple, accompagné de l'association Humane Society International (HSI), a, selon l'Associated Press, réussi à convaincre le propriétaire de la ferme où sont élevés les chiens, de vendre la ferme : « L'agriculteur a dit à la HSI qu'il n'avait jamais eu l'intention de vendre des chiens pour l'abattage mais que cela s'est, par la suite, imposé à lui lorsque sa collection de chiens Jindo a continué à se reproduire ».

     

    Aujourd'hui, grâce à l'athlète et la HSI, après que l'agriculteur a accepté de vendre sa ferme, 90 chiens vont être envoyés au Canada et aux États-Unis où ils seront placés dans des endroits sécurisés et où des amoureux des animaux pourront les adopter et leur faire vivre une vie, on l'espère, paisible.


    votre commentaire
  •  

     

    30 juillet 1994. Orphea, petite station balnéaire tranquille des Hamptons dans l’État de New York, est bouleversée par un effroyable fait divers: le maire de la ville et sa famille sont assassinés chez eux, ainsi qu’une passante, témoin des meurtres.

    L’enquête, confiée à la police d’État, est menée par un duo de jeunes policiers, Jesse Rosenberg et Derek Scott. Ambitieux et tenaces, ils parviendront à confondre le meurtrier, solides preuves à l’appui, ce qui leur vaudra les louanges de leur hiérarchie et même une décoration.

    Mais vingt ans plus tard, au début de l’été 2014, une journaliste du nom de Stephanie Mailer affirme à Jesse qu’il s’est trompé de coupable à l’époque.

    Avant de disparaitre à son tour dans des conditions mystérieuses.

    Qu’est-il arrivé à Stephanie Mailer ?

    Qu’a-t-elle découvert ?

    Et surtout: que s’est-il vraiment passé le soir du 30 juillet 1994 à Orphea ?

    J'ai passé un excellent moment en lisant ces 635 pages, encore un fois Monsieur Joël DICKER  a réussi un coup de maître avec comme ingrédients du suspens, des personnages attachants, et une fin wouah !

    ****

     

    (*Moyen    **Bon    ***Très bon    ****Excellent)

     


    votre commentaire
  • Peu importe le climat, peu importent les latitudes, il y a tellement de choses à découvrir aux quatre coins du globe qu’une vie ne suffira pas pour tout voir de nos propres yeux. Mais ce n’est pas une raison pour rester cloîtrer chez soi, au contraire ! Il faut oser sortir et partir vers d’autres horizons. Du Chili à la Papouasie-Nouvelle-Guinée en passant par les États-Unis ou la Chine, tous les voyageurs trouveront de quoi s’émerveiller parmi la richesse incroyable de notre planète. La preuve en image :


    votre commentaire
  • Peu importe le climat, peu importent les latitudes, il y a tellement de choses à découvrir aux quatre coins du globe qu’une vie ne suffira pas pour tout voir de nos propres yeux. Mais ce n’est pas une raison pour rester cloîtrer chez soi, au contraire ! Il faut oser sortir et partir vers d’autres horizons. Du Chili à la Papouasie-Nouvelle-Guinée en passant par les États-Unis ou la Chine, tous les voyageurs trouveront de quoi s’émerveiller parmi la richesse incroyable de notre planète. La preuve en image :


    votre commentaire
  • Peu importe le climat, peu importent les latitudes, il y a tellement de choses à découvrir aux quatre coins du globe qu’une vie ne suffira pas pour tout voir de nos propres yeux. Mais ce n’est pas une raison pour rester cloîtrer chez soi, au contraire ! Il faut oser sortir et partir vers d’autres horizons. Du Chili à la Papouasie-Nouvelle-Guinée en passant par les États-Unis ou la Chine, tous les voyageurs trouveront de quoi s’émerveiller parmi la richesse incroyable de notre planète. La preuve en image :


    votre commentaire
  • Peu importe le climat, peu importent les latitudes, il y a tellement de choses à découvrir aux quatre coins du globe qu’une vie ne suffira pas pour tout voir de nos propres yeux. Mais ce n’est pas une raison pour rester cloîtrer chez soi, au contraire ! Il faut oser sortir et partir vers d’autres horizons. Du Chili à la Papouasie-Nouvelle-Guinée en passant par les États-Unis ou la Chine, tous les voyageurs trouveront de quoi s’émerveiller parmi la richesse incroyable de notre planète. La preuve en image :


    votre commentaire
  •  

     

     

    Peu importe le climat, peu importent les latitudes, il y a tellement de choses à découvrir aux quatre coins du globe qu’une vie ne suffira pas pour tout voir de nos propres yeux. Mais ce n’est pas une raison pour rester cloîtrer chez soi, au contraire ! Il faut oser sortir et partir vers d’autres horizons. Du Chili à la Papouasie-Nouvelle-Guinée en passant par les États-Unis ou la Chine, tous les voyageurs trouveront de quoi s’émerveiller parmi la richesse incroyable de notre planète. La preuve en image :


    votre commentaire
  • Peu importe le climat, peu importent les latitudes, il y a tellement de choses à découvrir aux quatre coins du globe qu’une vie ne suffira pas pour tout voir de nos propres yeux. Mais ce n’est pas une raison pour rester cloîtrer chez soi, au contraire ! Il faut oser sortir et partir vers d’autres horizons. Du Chili à la Papouasie-Nouvelle-Guinée en passant par les États-Unis ou la Chine, tous les voyageurs trouveront de quoi s’émerveiller parmi la richesse incroyable de notre planète. La preuve en image :


    votre commentaire
  • Janvier 2017, au Groenland. Là, dans le sol gelé, un oeil énorme, globuleux, fixe le ciel. On peut y lire une peur intense. C'est ainsi que huit scientifiques partis en mission de reconnaissance découvrent avec stupeur un boeuf musqué pris dans la glace. Puis un autre, et encore un autre. Autour d'eux, aussi loin que portent leurs lampes frontales, des centaines de cadavres sont prisonniers du permafrost devenu un immense cimetière. Pour comprendre l'origine de cette hécatombe, le chef de la mission fait appel à Luv Svendsen, spécialiste de ces phénomènes. Empêtrée dans une vie privée compliquée, et assez soulagée de pouvoir s'immerger dans le travail, Luv s'envole vers le Groenland. Ils sont maintenant neuf hommes et femmes, isolés dans la nuit polaire. Le lendemain a lieu la première disparition.

    Dans Boréal, Sonja Delzongle nous emmène au Groenland, ambiance polaire garantie. J'ai eu très froid en lisant ce formidable roman car je vivais les situations avec tous les protagonistes. J'avais même le goût de la viande grillée dans la bouche (ceux qui liront ce livre comprendront !!). Un vrai coup de coeur. Bravo ! Qu'attendez-vous pour passer un excellent moment de lecture, à lire d'urgence.

     

    **** 

    (*Moyen    **Bon    ***Très bon    ****Excellent)


    votre commentaire
  • Peu importe le climat, peu importent les latitudes, il y a tellement de choses à découvrir aux quatre coins du globe qu’une vie ne suffira pas pour tout voir de nos propres yeux. Mais ce n’est pas une raison pour rester cloîtrer chez soi, au contraire ! Il faut oser sortir et partir vers d’autres horizons. Du Chili à la Papouasie-Nouvelle-Guinée en passant par les États-Unis ou la Chine, tous les voyageurs trouveront de quoi s’émerveiller parmi la richesse incroyable de notre planète. La preuve en image :


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires